• Autre jatte Keraluc peinte par René Quéré dans les années 1950. Belle palette de couleurs
  • En très bon état.
  • Dimensions; 24 cm de coté, 8 cm de hauteur.
  • Signée sous la base.
  • Pour tout collectionneur des écoles bretonnes, de Pont-Aven et Post-Impressionnistes
  • Né à Ploaré en 1932, René Quéré fait ses premières esquisses sur un palangrier, le « Dahut » qui appartenait à son parrain. À 19 ans, il entre à l’école des Beaux-Arts de Quimper.  A la sortie des Beaux Arts, René intègre l’équipe d’artistes des ateliers d’Art Keraluc. Avec Pierre Toulhoat, Jos le Corre, Xavier Krebs, Paul Yvain, un nouveau foyer artistique cherche à revivifier l’art en Bretagne.
  • « Je travaillais, se souvient René Quéré, sur émail cru au trait déroulé avec un bioxyde de manganèse (couleur brun noir) et ensuite je faisais le remplissage avec divers colorants.
  • Cela demandait toute une gymnastique mentale, une mémorisation de la palette des couleurs,car celles-ci se modifient lors du passage au feu »
  • René Quéré décide de se consacrer à la peinture lorsque l’utilisation du grès le contraint à réduire sa palette de couleurs. Cependant, l’art de la céramique l’a profondément inspiré et l’on retrouve dans ses peintures les aplats de couleurs cernés de noir.
  • Sa première exposition, en 1955, à la Galerie Saluden de Quimper, associait des pièces de faïence et des gouaches de petit format
  • L’année suivante, René Quéré expose au musée de Quimper pour le « Salon des Artistes de Cornouailles ». Sa première exposition parisienne a lieu en 1960 à la Maison de la Bretagne. En 1961, René Quéré reencontre l’écrivain, poète et comédien Georges Perros, ami de Gérard Philippe.De cette amitié naît une collaboration sur l’ouvrage « Douarnenez, lesIles, Les Marins » : Quéré illustre les propos de Perros par des gouaches. Il illustrera également » la cale ronde » de Charles Madezo en 1979 ; « Du coté de chez Souz » de Jean Pencalet, ainsi qu’un recueil de Xavier Grall.
  • En 2002 il publie un livre d’artiste intitulé « Images de l’Iroise-Sein-Molène » avec le concours de la librairie Dialogues de Brest.
  • René Quéré a réalisé de nombreuses commandes:1972 : Décoration murale de la Caisse d’épargne de
  • Quimper, 1974 : Décoration murale des mairies de Briec et Plounevez-Lochrist, 1976 : Décoration du foyer PTT de Cosmos-Lannion, 1977 : Décoration murale de la mairie de Douarnenez, 1979 : Décoration murale de l’hôpital de Douarnenez, 1986 : Réalise les cartons et exécute les vitraux de la chapelle Saint-Jean à Tréboul, 2002 : Décoration, peintures pour les espaces des bateaux « Val de Loire » et « Pont Aven »de la Brittany Ferries, 2004 : Faïences, décorations, peintures pour ArmorLux
  • Tout au long de sa carrière de nombreuses expositions personnelles s’en suivront en Bretagne, à Paris, en Belgique et en Allemagne, mais on retrouve toujours dans son œuvre son attachement pour Douarnenez, le monde des marins et les paysages bretons.
  • René Quéré aime partager dans ses peintures l’agitation des quais, la vie des marins quand ils posent pied à terre et exprime la rudesse du travail de ces hommes.Témoin d’un univers aujourd’hui disparu, il redonne vie aux travailleurs de la mer de la baie de Douarnenez. René Quéré retranscrit dans ses peintures les récits de pêche de son enfance. Ses toiles nous plongent dans un univers poétique où les pêcheurs retrouvent toute leur importance.Dans ses œuvres, sonorités graves et couleurs éclatantes s’associent et donnent au travail de René Quéré son côté si mystérieux. Entre réalité et imaginaire, il nous convie à un voyage au bord des côtes bretonnes.
  • Mais au delà de la Bretagne, de ce particularisme,René Quéré est le peintre du monde de la mer dans son Universalité.
  • Jeu de couleurs, jeu de matières Contours simplifiés, aplats de bleu, présences humaines allusives et effets plastiques donnent à ses œuvres une profondeur intense. Fasciné par les couleurs, il aime le contraste du jaune « ciré » et du rouge claquant des fanions avec le bleu pur et transparent de la mer et les tons ocre des silhouettes. Au grand feu de sa mémoire, les couleurs de ses œuvres ont gardé la flamme des céramiques de Kéraluc. Son pinceau cuit les couleurs pour les vivifier, les matières se superposent en transparence ou en reliefs. La simplification du sujet en accentue la force. Lerécit est personnel, la vision subjective, l’œuvre émouvante. René a inventé un expressionnisme maritime.

Quéré René (1932) - Jatte de chez Keraluc