• Très certainement une création de Rudolf Knorlein (1902-1982) ou d’Adolf Prischl à l atelier Friedrich Goldscheider de Vienne.
  • La pièce est marquée « Made in Germany » et aurait été produite après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne en 1938. (Plus d’infos à suivre donc )
  • Une pièce en céramique à vous couper le souffle...
  • 30 cm de hauteur x 40 cm de largeur, à vue.
  • En très bon état, il y a eu une légère retouche sur un éclat, une restauration professionnelle et donc invisible.
  • "Knörlein a commencé son apprentissage à Gmundner Keramik sous Schleiß, puis il a fréquenté l'école d'atelier de céramique de Wienerberger avec Obsieger en même temps qu'Elisabeth et Adelgunde Krippel.

  • De 1918 à 1920, il a fréquenté l'école des arts appliqués de Vienne sous Witzmann (1918/19) et Schufinsky (1919/20). Il a ensuite fréquenté l'école Wiener Werkstätten sous Obsieger pendant trois ans, de 1923 à 1924, il a été chef d'atelier provisoire de l'industrie du son de Scheibbs, trois ans à Schleiß à Gmunden, assistant d'un an aux ateliers est-allemands à Neusse, puis à Vienne à l'école d'art et d'artisanat de Vienne de 1927 à 1929 sous Steinhof (1927/28) et Obsieger (1928/29).

  • Il a également étudié à l'Académie des Beaux-Arts de Vienne. Il réalise de nombreuses œuvres pour l'industrie de l'argile Scheibbs, Wiener Werkstätte, Goldscheider et Carstens. De 1937 à 1939, il était à la tête de Gmundner Keramik et à partir de 1947 avec son propre atelier en Allemagne. 

  • «Il avait un talent naturel et, en tant qu'étudiant de Robert Obsieger, il avait une formation professionnelle saine qui avait été soutenue et développée grâce à des travaux pratiques dans diverses sociétés commerciales en Autriche et en Allemagne. Son désir d'un contour fermé, d'une courbe silencieuse, d'une simplification est sans équivoque. Les bijoux sont de plus en plus repoussés. Le goût des fioritures est toujours vivant, mais le libre jeu de ces structures ornementales se subordonne à la nature, tout au plus pour entourer une tête comme une sorte de perruque de serpent comme une méduse. Il n'est pas difficile de déduire du sourire tamisé que l'artiste aime donner à ses créations sur la façon dont il aborde le modèle. Les cheveux, les sourcils et autres détails accentués sont de couleur glacée, parfois verts, parfois rouges. La tête de femme aux yeux percés. "

     

 

Knorlein Rudolf (1902-1982) - Goldscheider - Grand nu

1 600,00 €Prix